J’ai toujours été un brin rêveur. Hmmmmmm, OK très rêveur. Sauf que depuis une dizaine d’années, j’ai bloqué une bonne partie de ces rêves. Parfois on se bat pour un rêve et les échecs répétés viennent à nous user. On prend un coup, puis un autre. Un jour on pense qu’on vient de franchir la barrière, mais on réalise qu’on n’est pas encore arrivé, ou que l’on a pris la mauvaise route. Il faut encore croire que le rêve est possible. Dans les années ’80 et ’90, j’y croyais tellement. Rencontrer « LA » femme qui serait ma contrepartie, ma muse, celle qui allait me donner l’énergie d’un surhomme, juste parce qu’elle est là… ou plus simplement, La Bonne Fille pour moi. Ce n’était pas rare pour moi de voir des images en écoutant des chansons d’amour. C’était vrai jusqu’en 2004 alors que j’ai vécu un rejet que j’ai ressenti comme un coup de poignard au cœur. J’ai été « friendzoné » avec des mots qui m’ont pourfendu le cœur. Plus jamais je n’ai laissé la moindre brèche s’ouvrir.

La nuit dernière, je me suis réveillé après avoir fait un rêve fort dérangeant. Si j’ai le contrôle sur mon cœur le jour, la nuit Morphée prend le contrôle et cette fois il a décidé de brasser des émotions. L’espace d’un moment, il a voulu me faire croire. Une fois bien réveillé, je ne suis pas si certain que je veux faire ce pas en avant, et je parle juste de croire. Même pas de regarder autour. J’ai pas envie de regarder autour. Je suis pétrifié juste à y penser.

Ça me laisse où ça? Bah, je ne sais pas vraiment. Il y a bien une partie de moi qui ne demande qu’à ouvrir la porte toute grande. Mais y’a cette autre partie pour l’instant beaucoup plus forte qui bloque tout. C’est le côté cartésien, qui prend le contrôle de toute cette partie de ma vie. Ce côté qui change de poste quand y’a une chanson d’amour qui joue, ou un film sentimentique et romantale à la télé.

Mais pourquoi ce billet alors? Peut-être que c’est simplement un exorcisme, un coup de pied au cul de ce côté qui l’espace d’un moment a voulu croire au rêve de Morphée… on parle bien d’un rêve là, hein! Ce qui justifie de coupe de pied. Peut-être encore que c’est ce fameux côté plus tendre qui lance une bouteille à la mer alors que le côté cartésien est plus occupé à fermer un projet de 22,000 pi carrés lié à un travail passionnant, mais très énergivore.

Attention : Ce billet pourrait s’autodétruire dans les prochaines 24h.

Advertisements