Au moment de commencer ce billet, j’ai un sourire fendu d’une oreille à l’autre. Et sincèrement, ça fait un moment que je n’ai pas trouvé une situation aussi rigolote.

Je suis pourtant dans tout un rush qui actuellement surcharge mes neurones au point que je n’ai de vie que pour un évènement important au bureau qui me demande une grande vigilance. M’enfin… je me permets un break!

Je vais me passer de donner des détails sur le comment du pourquoi et du qui est qui… juste écrire sur l’instant décrira assez bien ce que je ressens. Imaginons que sur Facebook apparaisse une photo d’une très jolie personne. Mais vraiment là, une belle photo, expressive, pétillante, agréable… ou disons simplement Belle! On se perd souvent dans les superlatifs et les mots inventés pour décrire une image, une situation, une personne ou autre… peu importe. Pour ma part les superlatif, c’est souvent comme vouloir beurrer épais. Est-ce nécessaire quand on peut simplement utiliser la pureté d’un mot?

Alors voilà. Y’a cette belle photo… vraiment belle (voyez? Le superlatif?)… Alors la page rapidement s’emplit de commentaires, allant du plus simple au plus imaginatif. On jongle avec les mots. Ah voilà! Nous y sommes, c’est une bataille de mots! Si c’est une photo de femme, oufff! Alors là on aiguise les claviers… oh que oui! La nature est à l’oeuvre, version 2.0!  Les oiseaux montrent leur couleurs les plus éclatantes, les plus impressionnantes. C’est impératif, il faut se hisser au sommet! La nature change, les techniques évolues, l’exercice demeure toujours le même. C’est le jeu de la séduction… ou disons, si l’on dilue un peu le discours, le jeu du « faire plaisir ». OH! Oui! Oui oui! J’y joue volontiers moi-même! Et comment, moi qui aime tellement manipuler les mots. Mais plus souvent qu’autrement, quand je me retrouve dans une guerre du qui est le plusse mieux… je débarque. J’ai horreur des artifices et de montrer plus que plus… Je suis Jieff, un gars avec ses défauts et ses qualités. Mais tout ce qui parait est vrai. C’est probablement un de mes défauts d’ailleurs. J’aime pas les compétitions au niveau humain. Mais ce n’est que mon opinion.

La nature ne changera jamais, elle est belle en fait, la nature. C’est le dépassement de certains qui font qu’ils seront vu au dessus de la masse. Mais il y a tant de faussaires, d’imitateurs. Moi, j’aime rester tel que je suis, lançant ça et là mes opinions simples et concises en espérant qu’elles touchent la bonne cible et pour les bonnes raisons. Je ne puis rien au reste. Et c’est bien comme ça.

Vous avez lu Jieff!

Advertisements