La campagne électorale tire à sa fin et c’est tant mieux. Parce que je commence à trouver que tout ça tourne présentement au ridicule. Et de partout. On tire à boulet rouge sur tout ce qui bouge sans même être certain de ce que l’on avance. Bien sûr, on se fie sur les médias qui sont notre seule source de réflexion… avec les très crédibles médias sociaux, bien sûr.

ballot-box-large

Depuis le début de la campagne, j’en ai vu de toutes les couleurs. Mais j’ai surtout senti tellement d’agressivité que j’ai préféré ne pas me mêler aux débats, surtout que mon idée n’est pas encore bien claire. Je suis « enligné » mais je dois encore prendre du recul pour arrêter ma décision.

Là où j’ai un sérieux problème, comme je le disais en préambule, c’est dans ces nombreuses publications de statuts qui vont dans toutes les directions et ce, pour les mêmes individus. Un jour on dirait qu’ils penchent d’un côté, le jour suivant ils penchent de l’autre. Des fois j’ai l’impression qu’ils suivent le vent… si dans les médias (tous confondus) on tombe à bras raccourcis sur un parti, il y a fort à parier que lesdits individus vont aussi le faire… des moutons… des suiveux. J’ai ça en horreur!

Mais là, je vois déjà les commentaires ou j’imagine les réflexions : « Mais y parle tu de moi là? »

OK… AU LIEU DE ME FAIRE DES COMMENTAIRE PARANOS, REGARDEZ SI LE CHAPEAU VOUS FAIT. SINON… ON PASSE À UN AUTRE STATUT. Si oui par contre, vous avez deux choix, vous passer aussi à un autre statut, ou vous cliquez sur « retirer de la liste d’amis ». Je ne vais pas répondre à aucun commentaire de la sorte, même si envoyé en privé. Pas que je tienne spécialement à faire descendre ma banque d’amis, mais c’est juste que je trouve qu’on dérape solide actuellement. On a les accusations tellement faciles et quand on ne se fie que sur les nouvelles pour prendre des décisions, quand on ne prend pas la peine de réfléchir par soi-même à ce que l’on désire, quand on prend une décision pour « faire plaisir à la masse » plutôt que de la prendre avec ses propres convictions, ben ça me fait grincer des dents.

C’est une campagne émotive, c’est clair. Mais à voir les statuts des fois je me demande si la ville ne devrait pas ajouter du Prozac à l’eau potable! (Et c’est une image… pas un véritable souhait!!!… non mais tsé, avant que quelqu’un capote là…..)

Advertisements