Assis tout au sommet de la structure illuminée, il contemplait tantôt le ciel chargé de nuages, tantôt la vie lumineuse tout en bas. Il était las; fatigué de tous ses éternels combats pour essayer de rester sur une voie dont il n’était même pas certain que ce soit la bonne. Il avait cette impression que son corps lui envoyait le message que c’en était assez. Peut-être le temps était-il venu de mettre un terme à tout ce non sens. Peut-être le temps était venu de lâcher prise. Les autres auront tôt fait de l’oublier, trop occupés qu’ils sont à quérir de nouvelles sources d’adrénaline, d’émotions vides de sens, trop occupés à vivre d’illusions. Pourtant, les illusions, il connaissait bien, trop bien. Sa vie toute entière en fut tapissée. Il revoyait ces nuits folles, noyées dans l’alcool ou perdues dans des nuages de fumée bleue. Ses erreurs lui semblaient être des marques indélébiles qui selon lui le condamnaient à la solitude. Raison de plus d’ailleurs pour avancer d’un autre trente centimètres, perdre l’équilibre et foncer à toute vitesse sur la rue lumineuse. Combien de temps cela prendrait-il? Quinze, vingt, trente secondes? Puis, les lumières disparaitraient. Les peurs, la douleur, les incertitudes, l’inexorable quête de sa propre identité perdue quelque part dans sa vingtaine, tout ça s’évanouirait en une fraction de seconde. Sa vision s’embrouillait, sa gorge se serrait. Peut-être que ce sera ce soir après tout.

skyline

Il avait passé tant de nuits assis à contempler les lumières. Il était certain que c’était le meilleur moment pour agir. Il aurait peut-être préféré choisir un soir où le ciel était dégagé. Depuis les lois sur la pollution lumineuse qui forçaient enfin les corporations à utiliser des méthodes d’éclairage moins agressives et avec en plus les routes intelligentes qui n’étaient éclairées que sur les sections où il y avait des véhicules, il était possible de voir beaucoup plus d’étoiles. Il se souvenait de sa jeunesse alors que sa grand-mère lui décrivait un ciel tapissé d’étoiles. Mais il n’en voyait aucune, ou presque. Certains parlaient du « ciel de Sirius », l’étoile la plus brillante du ciel qui restait une des très rares étoiles à encore être visible à l’époque. Maintenant, tout avait changé. Il aurait tellement aimé que sa grand-mère voit ça, un ballet lumineux en bas alors que tout en haut, les immortelles veillaient sur la ville. Tant de nuit à les regarder et se dire « go, maintenant ». Il ne savait pas s’il était lâche ou courageux, à chaque fois, en disant, « non, pas ce soir; pas encore ». À chaque fois une raison.

Ça pouvait être Anabelle ou une leur d’espoir dans son métier ennuyeux. Ou c’était tout simplement une voix à l’intérieur qui l’exhortait de tenir le coup. Ce soir, il aurait bien dit qu’il attendrait d’avoir élucidé le mystère de la mort de Maxime. Mais il était fatigué, épuisé. Plus rien n’avait de sens, chaque piste ne menait qu’à un cul-de-sac. Et il commençait à faire beaucoup trop de vagues. Des allégations sur son passé étaient rapportées ça et là, des avertissements lancés par une quelconque force bien placée, comme pour lui dire « tu vas trop loin, dégage ou le reste sort ». Il était fatigué, seul, désabusé. Si son implant fut souvent un outil pour solutionner en quelques secondes les problèmes les plus complexes ou pour tout autre applications, cette fois, son utilisation même l’exposerait. L’actionner le ferait apparaître sur la grille et dans la situation actuelle, il ne pouvait se le permettre, à moins que ce soit pour faire comprendre aux mouchards qu’il y apparaitrait pour la dernière fois. Non, cette fois il ne trouvait pas de raison pour remettre ÇA à plus tard. Des larmes s’échappaient de ses yeux alors qu’il poussa un soupir sec qui s’envola en volutes de vapeurs. Le vent froid le fit se crisper. Son module sonna mais il ne l’entendit qu’au troisième coup. C’était Anaïs qui lui envoyait un texto. Une fois décodé, il eut un choc;

« Maxime a planqué un message dans le BIOS de son module. Viens vite ».

Non, ça ne sera pas ce soir après tout.

(futur tentative de roman???)

Advertisements