J’ai été un peu surpris de lire cette nouvelle. Et inquiet aussi.

Arrêtée pour avoir diffusé une photo…

J’ai une sainte horreur de la médisance sur Facebook, des paroles en l’air et des photos un peu douteuses. Mais là, je pense qu’on est dans une zone pas mal floue pour justifier une arrestation. À la limite, j’ai envie de dire que c’est du délire. Harcèlement criminel? Ben voyons!

En quoi prendre une photo d’un graffiti et la publier est-il du harcèlement? À moins que le texte accompagnant l’image ait été vraiment agressif, la publication de cette image n’est à mon point de vue aucunement le reflet des intentions de la personne qui la publie.

Un journaliste aurait pu prendre la même image et pondre un article titré « Graffiti menaçant sur le mur de bla bla bla » et personne n’aurait seulement commenté l’histoire… pourquoi est-ce différent pour une personne qui publie sur Facebook?

Jusqu’à tout dernièrement je trouvais que l’expression totalitarisme au Québec était exagérée. Je commence à me poser des questions. On s’en va où là?

Advertisements