Histoire d’une reconstruction Jour 18

3766-20100204181130Laissez-moi vous amener avec moi dans une grande aventure. Nous sommes J-106 avant mon cinquantième anniversaire. J’ai du mal à croire que ce soit déjà là. Il me semble que mon quarantième vient tout juste de passer! Mais il faut bien se rendre à l’évidence que le temps ne ralentit pas, il ne prend pas de pause. C’est par là qu’on s’en va tous.

J’avoue que depuis le début de l’année, je vais une sorte de bilan. J’aimerais bien dire que s’en est un de mi-parcours, mais les chances sont bonnes actuellement pour que ce jour soit déjà loin derrière. Pour tout vous dire, je n’aime pas le résultat de cette analyse. Je ne passerai pas par toutes mes réflexions, ça serait ennuyeux et peut-être sombre. En fait de mauvais choix, je suis expert. Mais j’assume! Personne ne m’a tordu le bras… MAIS. Là où ça va vraiment pas, c’est ma condition physique.

Milieu des années 90… ou presque.

Alors que j’étais à l’Institut Teccart à étudier l’électronique, j’étais dans une forme resplendissante. Je faisais de l’activité physique de façon raisonnable. Je surfais sur deux années de gym assez intense alors que j’étais au CÉGEP, je prenais de longues marches régulièrement et mon IMC était à 23.2…

Alors que je me rendais au travail, un Centre Japonais de la Photo au métro McGill et après avoir monté les marches deux par deux, au pas de course, j’ai vu cette petite machine dans lequel on pouvait mettre un vingt-cinq sous et placer l’index sur un capteur pour connaître nos pulsations cardiaques. Après mon ascension, le chiffre en rouge indiquait 60. « Bullshit » que je me suis dit et je me suis dirigé vers le magasin.

Le lendemain, je recommence… encore « 60 ». Le surlendemain « 64 »… J’ai marché jusqu’au magasin et avant de me présenter sur le plancher j’ai pris mon pouls. Trente-trois battements en trente secondes. Eh ben!

Aujourd’hui J-106, c’est quarante-six battements. Et l’IMC est à 31… je suis obèse. Est-ce que j’ai le droit de dire que j’ai eu peur quand j’ai constaté ça?

Alors voilà le trajet. Il commence au jour 1. IMC = 31, PAR (Pulsations Au Repos) = 92, tour de taille 39’’, périmètre abdominal = 43’’. Il s’agit de reprendre l’entraînement et de faire baisser tout ça parce que sérieusement… je ne peux juste plus continuer sur cette voie.

Le défi n’est pas mince… sans jeu de mots! J’ai vraiment peur et je veux changer les choses.

Quand la politique contrôle la radio

Mots-clés

, , , , , ,

La semaine dernière, on apprenait que Benoit Dutrizac perdait son job et ce sans délais. C’était semble-t-il pour des raisons de remaniement de programmation. Bien sûr. Je me suis regardé dans le miroir, juste pour voir si j’avais une poignée dans le dos. J’étais bien content de constater que non.

Même si je n’étais pas un auditeur régulier de monsieur Dutrizac, écouter son émission était du bonbon parce que ce type parlait avec ses tripes, dans détour, sans cassette. Il ne ménageait pas les politiciens et le parti Libéral recevait régulièrement sa volée de bois vert, gracieuseté BD. Et comment! Il était même boycotté!

Bien sûr on ne saura jamais officiellement les raisons qui ont menées à son congédiement, mais à la façon dont il malmenait le pouvoir en place, on est en droit d’avoir de très sérieux doutes. C’est de la censure, c’est dégueulasse.

No 985

Alors pour moi le 98.5 c’est terminé. Je ne peux pas encourager une station qui ne permet pas à ses animateurs d’émettre ses opinions sans mettre de gants blancs. De questionner le pouvoir politique sans ménagement. Il disait tout haut ce que plusieurs pensaient tout bas, sans toutefois descendre au niveau des radios-poubelles. Nah! Je vais écouter de la musique tiens! C’est bon pour les nerfs… en tout cas pour ce que j’écoute!!!

333

333

Trois cent trente-trois. C’est un beau chiffre non? Trois fois le chiffre trois. Certains y trouveraient une connotation mystique, j’en suis certain. Moi je trouve juste ça beau, je trouve ça cool. Mais en 2017, ce chiffre a une signification toute particulière. Le trois cent trente troisième jour de 2017, j’aurai 50 ans. Un demi-siècle.

Je ne passerai pas à travers la liste de tout ce que je n’ai pas accompli, ni même ce que j’ai accompli dans ce billet. Ça servirait à rien et ça risquerait d’être assez down merci. Par contre il y a là une belle opportunité. Il y a 180 jours d’ici à cet anniversaire qui se voudra sans doute mémorable. Qu’est-ce que je veux accomplir d’ici là? Comment est-ce que je veux entreprendre cette nouvelle route? On ne va pas se conter de menteries là. Y’en a plus en arrière qu’il y en a en avant! Bon un coup chanceux j’en suis à la moitié de ma vie. Selon les stats j’ai passé ce milieu de vie il y a plus ou moins huit ans. Selon les stats, si on respecte la moyenne, y’a quoi… une trentaine d’années devant moi? Je veux faire quoi de ces années là? Et comment je veux les passer?

Moi ce qui me fout la trouille quand je regardes « les vieux », c’est leur diminution de mobilité, la fragilité de leur corps et la perte parfois évidente de capacité cognitive. Ça… ça me dérange la nuit quand j’y songe. Et qu’est-ce que je veux que ce soit ces années qui restent? Le corps vigoureux ou la marchette? Le bedon rond ou la shape exemplaire qui fera la jalousie des autres de mon âge? Est-ce que je veux vraiment mal vieillir? Parce que franchement, quand je me regarde dans un miroir, c’est pas mal l’impression que j’ai. Pas parce que j’cale et que franchement me raser les cheveux semble une option fort acceptable. Pas parce que je vais forcément commencer à refouler malgré que je trouvais ça déjà assez rushant à 5’4’’… Nah! Mais j’ai cette horrible excès de poids abdominal. J’ai la patate qui freak si je cours un coin de rue. Lever un poids au-dessus de 50lbs relève du défi alors qu’il y a 30 ans, c’était presque trop facile. C’est cette régression qui m’énerve. « Mais c’est ça vieillir Jeff… faut commencer à l’accepter ». J’sais pas. J’ai pas envie de ça comme excuse pour avoir l’air « vieux ». J’ai pas l’air vieux maintenant… mais si je ne fais rien MAINTENANT… ça va venir vite!

Alors c’est quoi la solution? Je sais c’est quoi!!! Mais on va en parler dans un autre billet. Présentement, je prends juste conscience que j’ai encore le temps pour agir; qu’il n’est pas trop tard. Pas encore. Mais c’est pas le temps de niaiser. On va en reparler!!!

Un rêve qui tue une vie (léger coming out)

Une série de recherche m’ont amenées ce soir vers un personnage, une actrice qui il y a quelques années à peine m’a fait rêver. Beaucoup. Une complète idéalisation de cette personne de rêve qui pourrait peupler une vie de solitaire endurci. Il y a de nombreuses choses qui motivent ce genre de vie. La majorité ne feront jamais l’objet d’un billet sur un blogue. Mais en regardant un clip sur ce personnage, j’ai réalisé ou compris que le rêve ne restera qu’un rêve. Que cette étrange pièce de puzzle s’harmonisant avec mes propres contours n’existe probablement pas. La solitude est ma compagne.

Je n’ai jamais vraiment rêver de princesses. J’ai toujours aimé les femmes, oui. Mais c’est très tard dans ma vie que je me suis mis à idéaliser « LA FEMME IDÉALE ». En fait cette personne est comme je le dis plus haut, une pièce de puzzle. Plus nous sommes complexe, plus cette contrepartie devra aussi avoir une composant complexe s’harmonisant avec nous. Malgré mes allures simples et très directes, il y a des couches d’une grande complexité que je ne saurais décrire. Et plus j’avance en âge, plus les nuances se multiplient.

J’ai bien peur de finir cette vie seul sans jamais savoir ce que l’amour représente. En novembre je vais avoir 50 ans. Seriez-vous surpris d’apprendre qu’en cinquante ans, je ne peux pas cumuler plus d’une année en couple? C’est pourtant le cas… C’est la grande et insupportable douleur de ma vie. Comme un coup de soleil qui ne guérit jamais.

Je sais qu’il ne faut pas idéaliser. Mais ce personnage auquel je fais référence représente le mieux, à mon avis, ce qu’il y a dans mon cœur. L’incapacité de trouver cette connexion est comme un traitement de canal perpétuel sans anesthésie.

 

This dream is impossible.

Fait frette en février

Je veux pas que mon blogue meurt, je veux continuer à écrire
Pis me faire lire!!!

Mais faut parler de quoi pour être intéressant?
Des fois j’veux parler du Yankee Orange, le président arrogant
Des fois j’veux parler d’la météo… Fait chier la météo
Fait frette en février, pourtant câlice, hier la neige tombait en eau!

Grosse game à soir! C’est sûr Thérien broie du noir.
Si la Flanelle s’fait encore planté, Michel on ne va plus voir!

À soir j’ai mangé un avocat
Avec un cuillère de bois
Mouahahaha, c’est même pas vrai
J’ai écris ça parce que ça rimait!

Fait frette en février!
Pas de joke, ma porte patio est jammée
Faut mettre les poubelles en arrière su l’balcon
Pis là les chats vont tout décrisser dans faire un son!

Je viens de lire le blogue d’une fille qui s’est masturbée
À fait pas juste ça… ça m’a juste marqué
C’est une artiste cette fille, c’est ce qui m’intéresse
Faut pas penser que j’pense juste aux fesses

Mais vraiment faudrait que je trouve ma moitié
Parce que ma vie tout seul me fait vraiment chier
Mais comment j’vais la trouvé cette hétéroclite intello?
J’me r’garde dans le miroir, pis je crache dans l’lavabo….

Un populiste à Québec?

Mots-clés

, , , , , , , , ,

bernard-gauthier-rambo

On jase là.

Et si Rambo Gauthier devenait premier ministre?

On jase là.

Quand on pense que Trump a réussi l’exploit de prendre le siège le plus important du monde, malgré toutes les âneries qu’il a pu vomir pendant la période électorale, on a le droit de se demander si une situation similaire ne pourrait pas se produire ailleurs. On dira bien ce que l’on voudra sur le président au teint orangé au sud de la frontière, il faut avouer qu’il fait ce qu’il a dit qu’il ferait. Vous n’avez pas besoin de me convaincre que ses actions sont absurdes, mais il tient promesse. Et souvenez-vous bien que le discours de Trump était qu’il voulait tasser l’establishment et se faire le représentant de la classe moyenne.

Maintenant on revient ici et qu’on écoute le discours de Rambo Gauthier, j’sais pas pour vous, j’ai comme un frisson qui me parcours la colonne.

Y’a d’quoi être en beau joual vert contre les politiciens ici. On maquille l’austérité en quelque chose de plus noble, ça ne va toujours pas mieux en Santé, l’Éducation n’a plus que la peau sur les os et nos polis ti-chiens se bardent de beaux discours prétendant entre autres qu’ils sont en train de sauver le Québec d’une visite dans l’mur. Vraiment, tout pour alimenter le cynisme.

V’là ensuite que se présente ce syndicaliste à la langue de brique qui désire se présenter en politique aux élections de 2018. « Citoyens au Pouvoir »… Hé que ça r’garde mal!

 « Anti-establishment, Bernard Gauthier estime que le Québec s’en va droit dans le mur. «L’élite» qui dirige la province étouffe la classe moyenne et les travailleurs avec ses politiques d’austérité, insiste-t-il. »

On a déjà entendu ça quelque part…

« Il se fait le porte-parole de la classe moyenne, des ouvriers de l’extérieur des grands centres. «C’est épeurant pour les gens des régions ce qui se passe en ville. Ça nous fait peur, on voit ça les accommodements, les ci pis les ça, on ne sait pas trop si c’est bon ou pas bon, mais c’est effrayant pour nous autres!»

Selon lui, on ne fait pas suffisamment de place aux peuples autochtones, qui étaient là bien avant nous. «Les Québécois de souche ont des racines en dessous d’eux autres qui s’appellent les Premières Nations, pis faut pas les oublier. Moi je dis, sans aller trop loin, que tantôt, on va avoir besoin d’eux autres parce que si jamais l’envahisseur est trop envahissant, on n’aura pas le choix de se virer vers les Premières Nations».

Libéraux, caquistes, péquistes ou solidaires, c’est du pareil au même aux yeux du leader syndical. C’est le changement de culture politique au Québec qui guide son investissement personnel dans un nouveau parti. «Je n’ai pas de cravate, pis je fais des fautes d’orthographe […] mais je suis un contribuable et un père de famille, ostie, et je sais que je suis en train de me faire faire l’amour par arrière sans autorisation!»

Si c’est pas du populisme ça, j’sais ben pas ce que c’est! À part; c’est effrayant! En plus que Trudeau renonçait hier à une des promesses les plus importantes de sa campagne en faisant marche arrière avec l’éventuel changement de mode de scrutin. Une autre promesse qui ressemble bien plus à une résolution du Nouvel An. « Fuck it, y vont voter pour moi quand même ». De quoi faire monter le cynisme d’un autre cran… et ouvrir la porte à quelqu’un qui promet de tout changer. « Je n’ai pas de cravate, pis je fais des fautes d’orthographe […] mais je suis un contribuable et un père de famille, ostie… » Voilà une belle façon de s’attirer une belle foule de partisans en quête d’un leader auquel ils pourront s’identifier, peu importe les conséquences. De toute façon, plus on change, plus on revient au même problème… Un coup de barre pourrait être très séduisant pour la masse.

Mais… on jase là!

Source: Journal de Québec, 6 décembre 2016

La Princesse Leia nous quitte : Que la Force soit avec elle!

princess-leia2016 a été une année terrible pour les icones de ma jeunesse. J’ai 49 ans et en grandissant j’ai bien connu la musique de Bowie, des Eagles. Plus tard dans ma vie j’ai un peu apprivoisé Bob Walsh et Cohen. Mais s’il y a un personnage qui a marqué mon imaginaire, je dois l’avouer, c’est bien la Princesse Leïa.

Bon, là je le sais que certains vont me faire la morale en me lâchant que des milliers meurent quotidiennement dans des guerres insensées et d’autres encore meurent dans des pays en développement et bla bla bla. Si tel était le cas, je trouverais ces accusations cruelles d’un certain point de vue et en même temps parfaitement insultantes… Si vraiment vous souhaitez me les faire, autant vous retirer de ma liste d’amis parce que c’est non seulement mal me connaître, c’est aussi de mélanger les pommes et les oranges. J’y reviendrai.

Je ne sais pas combien de fois j’ai pu regarder les films de Star Wars. Je parle ici des trois premiers qui ont été faits, soit les épisodes 4, 5 et 6. Je suis certain que si je combine les trois, on doit parler d’une centaine de visionnement au total. J’adore cette série. Le côté mystique de la Force. Le cheminement de Luke et le triomphe éventuel de la Force qui est à mon avis bien plus que les bons gagnent sur les méchants. Mais bien que les Forces positives l’emportent sur les négatives. Le bien contre le mal… oui. Mais plus encore. On peut facilement transposer ça sur nos propres combats intérieurs entre notre côté sombre et l’autre, le lumineux. Cette image du côté lumineux de la Force où la colère, la peur, l’envie, l’attrait pour la facilité sont des éléments négatifs et ma foi, envahissants a influencé une partie de ma vie. Non je ne pensais pas devenir un Jedi mais OUI je voulais contrôler mes peurs… mon côté obscure.

Il me semble évident alors que la perte d’une icône comme la Princesse Leïa ait un certain impact. Un rappel sur une partie de ma vie, influencée par la beauté d’un rêve partagé à des millions par le biais du cinéma.

La mort de Carrie touche tous ceux qui l’ont aimé comme actrice et écrivaine. Cette femme a vécu des années d’enfer, loin de la beauté royale de son rôle iconique. Et elle a traversé ces épreuves de façon admirable. Elle restera cependant toujours notre princesse.

Maintenant pour cette idée que la mort d’une actrice soit plus importante que ce qui se passe ailleurs dans le monde, j’aime mieux ne pas me prononcer sur cette insultante opinion. C’est comme si on m’obligeait à oblitérer ce côté rêveur de moi qui a apprécié ces moments où l’imaginaire prenait toute la place. Un côté que nous avons tous et toutes. Mais dans un cas comme dans l’autre je ne peux rien y faire. Des enfants, des innocents meurent dans des guerres insensées et je n’y peux rien. Je pourrais écrire sur le sujet, pour peu que j’aie assez d’information à transmettre, mais ça se limiterais à ça. Mais je n’y suis pas insensible… alors vos gueules. La vie ne se compose pas uniquement de crimes commis ailleurs. La mort d’un proche ou même d’un arbre sur le terrain familial peuvent nous toucher sans nécessairement qu’on soit obligé d’en faire une histoire pour satisfaire l’image sociale.

RIP Carrie Fisher

24H de Tremblant… j’ai osé!

OUI, j’ai osé! Je me suis fait une liste de distribution à laquelle j’ai envoyé un message pour m’encourager dans ma cause pour les 24H de Tremblant à laquelle je me dévoue pour la deuxième année en 2016.

J’ai envoyé un message à plusieurs d’entre vous parce que je me dis que vous ne pouvez pas toujours être sur Facebook et voir mes requêtes passé. Si vous n’avez pas reçu le message, c’est que je ne croyais que ça vous était impossible.

logo-24-heure

Maintenant pour ce qui est de la cause, je vais encore et encore me dévouer pour celle-ci parce qu’elle me tient à cœur. J’ai passé quelques heures avec des enfants malades le printemps dernier et ça m’a arraché le cœur. Moi, tout petit je courrais dans les rues du Plateau Mont-Royal avec mes amis. Je détestais déjà les corridors d’hôpitaux. Je remercie le ciel ou la vie de ne jamais avoir été malade au point de devoir tout suspendre pour des traitement. La vie m’a laissé mon enfance. Mais Lilie, qui est Ma Capitaine, si je puis dire, n’a pas eu ma chance. Tous les 3 mois elle doit subir des ponctions lombaire, elle fait de la chimio quotidiennement à la maison, et tous les mois elle doit aller à l’hôpital. C’est ça la vie d’enfant pour elle? NON… C’est pas normal. Et c’est pour elle que je me dévoue cette année. C’est pour elle que je veux marcher une douzaine d’heure cette année.

Désolé si ça vous offusque que je pousse l’audace à vous demander directement. Je ne veux pas vous offusquer. Mais je vous mets au défi de venir me rejoindre faire du bénévolat à St-Justine, avec eux, le soir de Noël. Vous me direz alors si j’exagère… enfin… si le bénévolat est possible ce soir là. Je risque fort d’y être.

En revanche, j’ai confiance que mon appel sera entendu… $5, $10, $15, $20… $100… Tout don sera accepté… lancez moi un défi pour votre don!!!

Je publierai LIVE sur mon Facebook les 10 et 11 décembre prochains…

Merci… merci à tous. Je vous aime.

The 24 Hours of Tremblant : Why?

logo-24-heure

If I were asked why I participate in the « 24H of Tremblant », I could very well go with this all made up answer : « to help juvenile cancer, which is so unfair to kids who should have all their life in front of them ». Boring huh?

When you think about it, it’s true. That IS the reason why I got involved in the 24H of Tremblant. But twelve hours of walk (what I plan to do this December) won’t change a darn thing, that is MY challenge. Not yours, not the one of that little girl that is the inspiration of my team. But the money I ask for… That I as YOU to give, THAT could make a difference. On long term and short term.

That money will be used to give them a better life, better treatments, it will help families with limited resources come in Montreal so their beloved kids can receive treatments, it will help buy goods and commodities for them, games, coloring books… more and more and more. Do you remember when you were a kid and you would run around in the streets, chasing butterflies or running a bicycle, racing the wind? For many of them, that is impossible. THEY ride a bicycle within the walls of an hospital with mom or dad chasing them with their solute pole. My 24H, I do it for them.

Last spring I’ve spent a few hours at St-Justine hospital with a group of participants who share my objective. I have seen those kids smiles when we brought them coloring books and other gifts. I also felt a sharp pain through my heart when we were explained what they have to endure on a regular basis. Treatments that no one deserves to endure… Then again…

I participate in the 24H of Tremblant so one day kids don’t have to go through this and live their kid life, their imaginary world unaffected but that unbearable scent of the hospital’s chems

Thanks for supporting me! (follow the link if you will… It’s HERE!!!!!!!!)